Syndicat des Journalistes de la Presse Périodique

Les coups de cœur de Nadine. Mars 2016

Milarepa, Agnès Martin-Lugand

À propos de Milarepa

Milarepa d'Éric-Emmanuel Schmitt
Milarepa est un ermite bouddhiste, yogi et poète tibétain du XIe siècle. Éric-Emmanuel Schmitt a fait de son histoire un conte, un monologue pour le théâtre.
Dans cette histoire, il y a un rêve, il y a la réalité. Dans son rêve, Simon est la réincarnation de Svastika, l’oncle de Milarepa, qui le hait. Il est en même temps le personnage de Milarepa lui-même, qui, après avoir eu recours à la vengeance, va chercher l’enseignement de la sagesse auprès d’un grand Lama, qui le soumet à de très dures épreuves. Son maître lui dit : « Personne ne supportera ce que, toi, tu as enduré ! »
Milarepa a compris énormément de choses. « Rien n’est permanent en ce monde, tout est éphémère ». Milarepa devint un vieillard, il était prêt à mourir comme le fruit est mûr. Il décida de partir à 84 ans. Milarepa enseigna la sagesse aux hommes.
Éric-Emmanuel Schmitt, Milarepa, Paris, Albin Michel, 1997, réédition Le livre de Poche, 2009.

Postface inédite : Ce que le bouddhisme nous apporte, entretien de Bruno Metzger
Eric Emmanuel Schmitt allait à l’hôpital visiter des malades qu’il aimait et il ne savait pas comment gérer les situations de maladie, de souffrance, de mort. Une lecture le sauve : Le livre tibétain de la vie et la mort de Sogyal Rinpoché (un chef d’œuvre spirituel). Il apprend à accepter ces évènements, ainsi que la compassion, l’empathie.

"Dans ce monde qui s’affole, s’angoisse et se déchire, le bouddhisme nous indique une forme incroyable de résistance : la sérénité."

Milarepa :  La voie du Bonheur de Neten Chokling
"L’histoire de Milarepa est un joyau du patrimoine spirituel mondial, empreint de sagesse millénaire".
La  famille de Milarepa les dépouille, lui et sa mère, à la mort de son père. Aigrie par la souffrance et la pauvreté qu’elle ne supporte pas après la vie aisée avec son riche mari, la mère de Milarepa lui impose de se venger. Ce que fera Milarepa, détruisant des familles, créant des souffrances, des morts. Il est torturé par le remords, avec les souvenirs du mal qu’il a engendré. Il  cherche à changer, à se racheter, il apprend, médite, et parvient à l’éveil après des épreuves et un parcours initiatique. Sa vie a inspiré des milliers de personnes.
« Il est important de percevoir combien votre bonheur est lié à celui des autres. » Sa Sainteté le Dalaî Lama.
Réalisation Neten Chokling, scénario Neten Chokling et Tenzing Choyang Gyar, 2006. DVD, Jupiter Communications, 2010.

Interview de Matthieu Ricard à propos du film, extraits

 

- Milarépa c’est rendu compte que de vouloir se venger, est une toxine mentale.
- L’ultime bonheur est un état de parfaite sagesse.
- C’est la richesse intérieure qui est le plus important.
- Les conditions intérieures ; la force d’âme, l’altruisme engendre du bonheur.
- La jalousie, la haine apportent le malheur.
- C’est la façon dont on expérimente.
- C’est l’esprit qui traduit les conditions.
- La liberté, c’est être délivré de la confusion mentale, des poisons mentaux.
- Il faut donc renoncer aux causes de souffrances.

Milarépa est un exemple.

 

Agnès Martin-Lugand

Les gens heureux lisent et boivent du café
Diane perd son mari, Colin, et Clara sa petite fille dans un accident de voiture. Il lui est impossible de continuer sa vie dans le Café littéraire qu’elle tenait avec son meilleur ami Félix, « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Elle décide de réaliser un rêve de Colin, aller en Irlande.
Là-bas, la beauté  exceptionnelle des paysages, le bienfait des éléments, la plage sauvage, ainsi que l’accueil très chaleureux des propriétaires de son cottage lui redonnent petit à petit goût à la vie.
Sa rencontre avec Edward, son voisin photographe, est tout d’abord tumultueuse et électrique. Après s’être mutuellement « apprivoisés », tout finit par se pacifier. Mais sa vie est à Paris, dans son Café, où elle repart. La nature irlandaise, le chien d’Edward, l’amitié des gens de ce pays, lui ont permis de retrouver la force de reprendre le courant de sa vie en France.
Agnès Martin-Lugand, Les gens heureux lisent et boivent du café, Paris, Michel Lafon, 2013, réédition Pocket, 2014.

La vie est facile, ne t’inquiète pas

 

Diane s’est investie pleinement à nouveau dans son Café littéraire et est très heureuse. S’ajoute à ce bonheur la rencontre avec Olivier avec qui elle vit une jolie histoire. Elle pense que l’Irlande fait partie de son passé. Mais le fait de revoir Edward venu faire une exposition à Paris, ébranle ses convictions. Elle repart en Irlande pour revoir Abby son amie, gravement malade. Elle est partagée entre Paris, son Café, son meilleur ami, Olivier et l’Irlande, Edward, ses amis là-bas. De surcroît, elle fait la connaissance de Declan, le jeune fils qu’Edward vient de retrouver. Diane devra écouter le choix de son cœur !
Agnès Martin-Lugand, La vie est facile, ne t’inquiète pas, Paris, Michel Lafon, 2015.

 

 

Nadine Adam