Syndicat des Journalistes de la Presse Périodique

L'oiseau-lyre des fagnes. 2017

Paul Dunez, L'oiseau-lyre des fagnes. 2017

Le salon du livre de Charleville réunit deux vieux amis. L'un est journaliste, l'autre écrivain, les deux visages de notre confrère Paul Dunez, historien et amoureux des Ardennes. Dans le stand qui présente le dernier livre de l'écrivain, l'illustration de couverture, "au fil de l'eau sur la Meuse endormeuse…", attise les souvenirs cruels d'un amour ancien inapaisé. Au récit de la naissance de cet amour et de l'attente d'une vie entière, l'auteur emporte le lecteur dans les paysages à "l'incessante variété ondulée" du canal des Ardennes et la nostalgie vert-ardoise du fleuve. Le premier récit - le livre en compte quatre -, émaillé de détours affectifs sur l'histoire et la géographie du pays ardennais et de la mémoire de poèmes anciens,  se rompt sur les paroles tristes d'une élégie.

Le lecteur pénètre alors les rives solitaires et sauvages des rivières de l'Ardenne aux couleurs qui balancent entre "le vert-clair et le cassis-léger", traverse les villages-rues issus des anciens essarts, se pose pour une bière, une salade au lard ou une truffade, à l'écoute des anecdotes et des nouvelles du terroir ou des romans vrais de contrebande et de chasse la nuit dans la forêt,  des rendez-vous et des séparations dans les cabanes ruinées et les maisons forestières à l'écart des anciens villages désertés.

À la recherche de matière pour son livre, l'écrivain traque le souvenir et l'imaginaire des anciens braconniers et contrebandiers ; le narrateur les suit  dans leurs histoires de survie, de pièges et de leurres, dans leur soumission à la nature et leur contournement de la loi des forestiers. Les mémoires de ses informateurs, leurs autobiographies portent les images de sangliers et de cerfs abattus, des anecdotes liées à l'enlèvement et au transport clandestin, du partage avec les plus démunis à l'encontre des moralités sociales hypocrites.

Incorporant les informations sur quelque meurtre non élucidé, l'auteur décrit avec une précision sensible l'histoire des lieux et des hommes, croque les intérieurs et les rencontres qu'ils accueillent sous les trophées des chasseurs et des habitués des forêts. Jouant des correspondances entre les récits de vie qu'il sollicite, l'écrivain se fait ethnologue et historien de la société et de l'économie ancienne, des traditions populaires et chroniqueur des ambiances de village.

À l'amour impossible du début, les Hautes Terres d'Ardennes du dernier chapitre, un sommet ardoisé au milieu des fagnes et des sphaignes (1), apportent un dénouement heureux où s'entrelacent découvertes archéologiques, échanges amicaux et vie familiale dans le projet de publication en feuilleton des paroles de chasseurs nyctalopes.

Conçu comme un parcours dialogué qui se nourrit de longs monologues, le récit est histoire intime des Ardennes qui s'imposent peu à peu comme le personnage principal,  le présent d'un passé des forêts et de la frontière qui tisse ensemble le quotidien des habitants et l'actualité de leurs souvenirs.

Jean-Marie Baldner, février 2018

Paul Dunez, L'oiseau-lyre des fagnes. Nouvelles insolites des Ardennes, Paris : L'Harmattan, 2017.

(1) Tourbières et champs de mousse (NDE).