Syndicat des Journalistes de la Presse Périodique

Evènements, découvertes et rencontres de Janvier 2017

Notre confrère Olivier F. De Felice et sa fine équipe partagent leurs découvertes, leurs événements marquants du mois et leurs créatives rencontres.

Nos articles mensuels ont pour simple ambition de suggérer des pistes d’exploration et de recherche parmi les nombreux spectacles et les initiatives créatrices qui ont cours chaque mois en France, en Europe et ailleurs. Voici une proposition libre d’une sélection faite en équipe qui se veut éclairée, guidée par nos émotions, sans compromission dans nos choix. Nos rencontres sont le reflet et le témoignage de nos centres d’intérêt du moment, elles sont sources de découvertes et de créativité partagée. Retrouvez nos articles développés sur notre E-Journal GoutsetPassions.

ALIMENTATION AQUA-HYDROPONIQUE FRANCAISE

Une alimentation naturelle hydroponique pour tous - L’équipe fondatrice de GoutsetPassions est fière de présenter sa première réalisation concrète et opérationnelle : La Potagerie Nouvelle. L’idée est simple, elle procède même d’une évidence devenue une urgence : réapprendre le goût de la culture potagère, produire des aliments sainement, avoir un accès direct à la nourriture, pour tous. Cette initiative enthousiaste et citoyenne vise à installer des serres aquaponiques autonomes et autogérées dans tout le territoire national et au-delà ensuite, en commençant par ceux qui en ont le plus besoin : la jeunesse pour l’éducation à la nature (dans des écoles) et les personnes défavorisées en passant par de grandes associations caritatives. Progressivement mais sûrement, chacune de ces serres aquaponiques vont récréer de l’échange, du lien social et une nouvelle créativité commune. Le premier projet sur le terrain de La Potagerie Nouvelle vise à palier l’urgence humanitaire française, nous parlons bien des réfugiés présents dans notre pays, afin de doter des centres d’hébergement de ces serres qui produisent 800 kg de légumes et de fruits et 400 poissons comestibles chaque année, suivant le cycle vertueux d’une aquaponie modernisée et optimisée. Par suite, le projet vise à sélectionner et à conserver des graines reproductibles saines et naturelles, ainsi que des espèces locales de poissons non modifiées, qui seront le capital naturel de demain. Au delà, des Potageries Nouvelles pourront être installées dans des lieux qui ne sont pas ceux auxquels on peut penser de prime abord, car il suffit de l’espace d’une place de parking pour qu’elles soient opérationnelles. Les écoles seront également la priorité car les jeunes générations n’ont plus le lien ni la compréhension de la culture potagère, ils ne savent plus d’où viennent les légumes... Pour les familles, une version réduite va être créée, installable dans un appartement ou une maison individuelle. Les Potageries Nouvelles sont des lieux d’enseignement, de sensibilisation et d’éducation aux principes d’aquaponie, d’autosuffisance alimentaire et de respect de la nature. La Potagerie Nouvelle est une initiative citoyenne, animée par la dynamique équipe regroupée autour de cette ambition raisonnée et pratique. Graphisme 3D : une collaboration avec le talent français Aurélien Martel. Retrouvez tous les éléments d’information sur cette action solidaire sur GoutsetPassions.

SOLIDARITE FRANCAISE : UTOPIA 56

Une dynamique innovation sociale française - En ces périodes de fêtes, nous recevons de grandes communications venant d’associations caritatives nationales bien établies qui font appel à notre solidarité. Sensibles aux nombreuses images de détresse livrés par les médias, nous nous disons qu’il est nécessaire de faire un état des lieux réel de la situation mais aussi de montrer dans un article de reportage les actions qui sont concrètement faites pour aider les réfugiés, de voir ce que nous faisons en France pour répondre à cette urgence humanitaire. Après quelques rencontres de personnes bien informées qui sont elles-même dans l’action d’aide aux réfugiés, on nous recommande une jeune association pleine d’entrain et de valeurs humanistes fraîchement venue de Bretagne - une terre réputée pour sa solidarité humaine - son nom : l’association Utopia 56. Après quelques démarches, rendez-vous est pris pour les suivre pendant une journée au sein du centre de réfugiés établi près de la Porte de la Chapelle. Il s’agit de ce camp mis en place par la Mairie de Paris et l’État, qui a pour fonction d’accueillir et d’orienter les réfugiés primo-arrivants en France, un lieu bien connu de tous par les images vues de cette bulle géante qui le recouvre. Nous y rencontrons Ivan, Marion et Margaux, de jeunes dynamiques volontaires qui se dévouent chaque jour et chaque nuit à aider les autres. Leur enthousiasme est communicatif, cela donne chaud au coeur de les voir s’activer pour donner de la dignité, du réconfort et du courage aux autres. Ivan, jeune chef d’équipe expérimenté, sera notre guide. Nous parcourons ainsi tous les secteurs qui composent le camp : la bulle d’accueil, le centre médical, le lieu de tri et de distribution des vêtements, les réfectoires et les deux étages de maisonnettes-cabines réalisées en bois, des constructions astucieuses de l’architecte français d’avant-guarde Julien Beller. L’ensemble du centre est géré par une grande association caritative nationale. Ivan nous explique absolument tout du fonctionnement du centre, de leur organisation et nous fait partager la vie des volontaires d’Utopia56, la plupart sont des étudiants, tous sont motivés par l’envie d’aider et de changer les choses.

Ce qu’on aime chez Utopia56, c’est qu’ils ne sont pas adeptes de la langue de bois, on sent leur énergie, leur belle volonté à aider les autres par des moyens simples et efficaces, c’est vraiment réjouissant à voir. Utopia56 est une association citoyenne qui veut sincèrement aider à résoudre la détresse humanitaire des migrants et des réfugiés. Les fondateurs bretons sont issus du milieu des festivals et ont mis à juste profit leur expérience logistique à créer de telles villes éphémères pour résoudre des problèmes essentiels. De création récente (janvier 2016), Utopia56 a fait feu de tout bois pour ainsi se retrouver à la tête de la gestion du plus grand centre de réfugiés de France au second mois de sa création. Un exploit qui confirme leur talent et leur force bienfaitrice à la gestion de problèmes humains et logistiques parfois complexes. Avec une tâche herculéenne dès le départ: gérer tous les déchets de la jungle de Calais. Depuis, Utopia56 n’a cessé d’accélérer son développement, elle réunit aujourd’hui 4700 adhérents pour 2700 journées de bénévolat données en 2016 (une donnée impressionnante en tout juste un an), elle gère l’information aux migrants et la collecte de vêtements au centre de La Chapelle et opère dans 150 CAO (qui sont des centres d’hébergements temporaires en France).

Un beau succès, confirmant que nous sommes en présence d’une équipe dynamique, qualifiée et qui fait bien les choses, du moins du mieux qu’elle peut avec les moyens du bord, inventivité et créativité des solutions sont souvent de mise avec la réalité du terrain. Les volontaires d’Utopia56 sont jeunes, ils sont aussi internationaux, de tous horizons. Utopia56 se soucie de l’accompagnement des mineurs ou de ceux qui sont tout juste majeurs et donne toutes ses forces pour aider ceux qui sont dans le besoin extrême dans la rue. Nous les voyons ainsi s’affairer dans le froid en cette fin décembre à distribuer 200 couvertures chaque nuit à tous les migrants qui attendent dehors de pouvoir entrer dans le centre le lendemain (les places sont limitées). Rappelons aussi qu’Utopia56 n’est financée que par des dons privés. Elle a mis en place avec intelligence toute une logistique pour ses bénévoles, allant des plannings réservés en ligne, au covoiturage volontaire en passant par des hébergements économiques près des sites d’intervention. Utopia56 fourmille d’inventivité et de bonne volonté, elle n’hésite pas parfois à mettre la main à la poche, en prenant à sa charge souvent des nuits d’hôtels pour des migrants lorsqu’il fait vraiment trop froid dehors. Cela est touchant et donne envie d’aider aussi. Utopia56 envoie également des conteneurs vers la Syrie et s’associe à l’action d’autres organisations telles que l’Auberge des Migrants dans le Nord. Utopia 56 est une association active qui permet d'avoir une approche très humaine afin d'amenuiser les effets néfastes du problème multiplexe de l'immigration. Nous avons été touchés par cette sensibilité à vouloir s'investir par les émotions pour que chaque immigré, réfugié se sente soutenu et épaulé dans cette épreuve inhumaine provoquée par des acteurs économiques enlisés dans un patchwork de lois et de priorités de plus en plus illogiques. Dans ce centre d'accueil, nous avons pu constater à quel point les membres actifs d'Utopia56 sont constamment en action pour améliorer l'organisation des lieux et proposer ses services à des hommes, des femmes et enfants victimes de la faiblesse humaine.

Utopia56 nous démontre avec simplicité mais avec force qu'au-delà de cette crise humanitaire rémanente, il existe des bénévoles au grand coeur s'oubliant pour agir dans le bon sens et se mettre à disposition des autres. Un geste qui prouve que l'indifférence et l’égoïsme n'ont pas gagné toutes les couches d'une société où seul le profit dicte la cadence du quotidien. Cette association se distingue particulièrement par ses capacités à regrouper des personnes qui ne recherchent ni la reconnaissance, ni une opportunité pour se donner bonne conscience. Il s'agit d'individus ayant réellement compris la gravité de la situation venant en aide à des gens qui ont un droit; celui de vivre dans des conditions décentes et non pas selon un système sociétal fait de paradoxes. Utopia56, l’innovation sociale française réussie de cette année 2016 qu’il fait du bien de soutenir. Nos vifs remerciements à Ivan Leray et à toute son équipe d’Utopia56 Paris.

UNE RENCONTRE AVEC ANGELE FERREUX-MAEGHT

La bonne fée qui prend soin de nos assiettes - Après quelques mois d’attente du fait de plannings surchargés, nous avons la joie de convenir d’un rendez-vous d’interview avec la dynamique Angèle Ferreux-Maeght (prononcez Mag), la jeune chef du bio et du naturel dont tout le monde parle. En plein coeur du marché maraîcher animé de la rue Daguerre à Paris 14ème, la rayonnante Angèle nous accueille dans son atelier sur arrière-cour, une grande maison chaleureuse et un peu bohème qui fait aussi office de cuisines et de lieu de vie, cernant un agréable jardin agrémenté de fraîche verdure, de fleurs comestibles et de plantes choisies. Angèle nous reçoit en toute simplicité, avec sa franchise directe qui forme son caractère et son large sourire spontané qui illumine tout autour d’elle. Elle nous présente son équipe en pleine action de préparation culinaire, composée de jeunes femmes passionnées (à son image) qui constituent comme une seconde famille pour Angèle. Car depuis 2013, la Guinguette d’Angèle est une ruche foisonnante de créativité culinaire et de bonne humeur, devenue une logistique bien huilée qui met en mouvement, chaque jour ou presque, treize jeunes talents autour de l’énergique Angèle, la gentille fille prodige du bio et du bon. Il est très plaisant de rencontrer Angèle, c’est comme recevoir un bain de fraîcheur spontanée et vivifiante, Angèle nous apporte le soleil des Seychelles dont elle revient juste, elle y forme les chefs d’un grand hôtel seychellois. Très tôt, Angèle a vécu à l’international, voulant se dépayser d’une volonté familiale la destinant à reprendre l’entreprise familiale - on n’est pas l’arrière petite-fille du grand marchand d’art français d’Aimé Maeght sans conséquences… - une destinée non partagée par ses besoins vitaux profonds et c’est toute seule qu’elle voudra faire et fera ses preuves. Fille de l’Ecole Alsacienne, elle décide de vivre à l’âge de son bac l’aventure américaine, au Lycée International de San Francisco. C’est là que cette grande amoureuse de la nature découvre le bio-chic, cet engouement naissant et branché de certains américains pour le naturel, le manger local et l’authentique. Une révélation, presque un coup de foudre pour ce plaisant concept, certainement une réminiscence de ses toutes jeunes années où elle a vécu avec ses parents, un peu artistes et bohèmes à la fois, sur une ferme au sud de Grasse, sans eau ni électricité.

La jeune femme commence à trouver sa voie, rejoint son frère aîné en Australie, puis s’engagera sur les traces de son père au Brésil, lequel a été animateur d’une émission culinaire dans ce pays. C’est là qu’Angèle confirme son talent, devenant la jeune chef à domicile française que tout le monde convie à sa table. Il est vrai que la fraîcheur, la belle énergie d’Angèle rayonnent autour d’elle, telle une jolie cheffe du bio qui a su donner un côté résolument glamour à la cuisine saine et naturelle, on est tous conquis. Devant revenir en France, c’est auprès de sa grand-mère qui est aussi son soutien quotidien qu’elle s’applique à peaufiner ses recettes, Angèle est une grande travailleuse. Ayant toujours souhaité faire médecine (elle aime aider les autres, et aujourd’hui par sa cuisine, elle contribue à notre bonne santé), elle se tourne vers la naturopathie, qu’elle appelle notre médecine traditionnelle à nous. Dès 2006, elle animera avec la naturopathe Céleste Candido des stages de jeûnes et de randonnées à travers le monde et de fil en aiguille, devient chef à domicile pour de grandes tables ou des événements remarqués, toujours dans l’excellence du frais, du naturel, du beau et du bon. On aime son esthétisme raffiné, ses jolies décorations, ses photos culinaires réjouissantes qu’elle réalise chaque jour dans sa cuisine colorée aux airs provençaux qu’elle a aménagé dans sa douce ruche de la rue Daguerre. Tout ce que touche Angèle en cuisine devient beau et bon, c’est un vrai délice. Nous dégustons un jus vert frais pressé detox et un petit yaourt végétal à la quinoa, des sensations gustatives inédites pour nous.

Angèle a plaisir à nous faire partager sa passion créatrice pour des bons petits plats frais et innovants, transmettre est aussi l’une de ses raisons de vivre, elle qui s’était destinée à devenir prof d’anglais au tout début. Elle nous livre ses recettes astucieuses, bio-rigolotes, dans son premier ouvrage de référence Délicieusement Green paru aux Editions Marabout  et publiera cette année 2017 un nouvel opus intitulé Les 200 recettes végétaliennes d’Angèle chez le même éditeur. Vous retrouverez Angèle dans une émission culinaire qu’elle part tourner en février en Equateur, une terre vierge de la nature. Angèle fourmille de projets et continue aussi à apprendre et à se former, elle suivra ainsi les cours de l’Ecole du Louvre cette année. Quelques moments à ses côtés nous font prendre conscience de la nécessité à manger sain, à redécouvrir la nature et ses savoirs, Angèle nous révèle ses petits secrets sur la lacto-fermentation, le manger crû, les associations naturelles inédites et tous ces savoirs forment notre patrimoine culinaire commun qu’il faut savoir préserver. Admirative de tous les producteurs locaux de plantes et légumes qu’elle côtoie chaque jour, elle en salue la noblesse, une essentialité pour tous. Militante convaincue des besoins d’une agriculture saine, elle sera de bon conseil pour choisir ses graines, utiliser la nature, se fournir aux bonnes adresses. Angèle, une mine d’or culinaire à elle toute seule, un puits de savoirs bénéfiques pour tous qu’on aime écouter et suivre.

Angèle nous délivre un message de grande urgence : nous devons nous réapproprier le vivant et la nature, réapprendre à manger naturel au quotidien. Elle nous démontre que cela n’est pas si difficile que cela, les bonnes habitudes se prennent vite et deviennent comme des réflexes. Nous avons à coeur de parler de la cuisine d’Angèle car c’est une cuisine du futur, débarrassée de la souffrance animale, valorisant chaque plante ou légume, utilisant en pleine conscience de son environnement les aliments avec soin et attention. C’est le côté féminin de la cuisine d’Angèle qui donne une valeur au plaisir gustatif de senteurs uniques et charmantes, des goûts innovants et inédits. Cette cuisine révèle que l’on peut en cuisinant transmettre aux autres de l’amour et des bienfaits, faire de son alimentation le soutien de sa santé, la clef d’une harmonie et d’une santé corporelle renouvelée chaque jour.

Angèle est un exemple à suivre. Femme entrepreneuse, elle concilie équilibre de vies, une vie professionnelle basée sur le respect des autres et la convivialité, elle valorise les terroirs français et locaux, en respectant l’environnement. Vous retrouverez Angèle et son équipe au Comptoir d’Angèle au 34, rue  Coquillère à Paris 1er et bientôt à d’autres adresses parisiennes. Angèle nous a séduit par sa franchise, son enthousiasme inaltérable et sa joie de vivre qu’elle exprime dans sa cuisine vivante. Nous avons eu grand plaisir à la rencontrer, elle qui sera certainement une très grande chef de demain, représentant aux yeux du monde entier les couleurs tricolores d’une alimentation naturelle redécouverte et accessible à tous, félicitations !

Chers lecteurs et confrères, retrouvez l’ensemble de nos articles développés dans chacune de nos rubriques spécialisées. Bonnes lectures, joyeuses découvertes et bons spectacles.

Olivier F. De Felice, assisté de Didier Princi – Janvier 2017
Retrouvez nos articles sur notre e-Journal GoutsetPassions

Crédits photos et images 3D :
- La Potagerie Nouvelle : Aurélien Martel
- Utopia56: production GoutsetPassions.com
- Angèle Ferreux-Maeght : photographies par Florence Maeght
- Autres photographies : les productions, marques et artistes respectifs