Syndicat des Journalistes de la Presse Périodique

Ensemble, Ré-inventons l’Europe!

Vaste programme en effet, au sein d’une situation internationale pour le moins inconfortable

Ensemble Ré-inventons l’Europe ! Vaste programme en effet, au sein d’une situation internationale pour le moins inconfortable, qui semble vouloir redistribuer de nouvelles cartes, avec notamment l’élection récente de Donald Trump, à la tête des Etats-Unis, dont l’aversion pour le continent Européen est désormais bien connue. Une fatalité pour autant. Pas sûr ! Et puis il y a aussi le fameux Brexit, un coup bas porté à l’idée d’une Europe unie et solidaire.  Une Grande-Bretagne dévastée par le doute à l’aube de son destin, qui connaît depuis quelques années une vraie crise mesurable à l’intérieur de ses frontières. Mais surtout ses quelques dizaines de milliards d’euros, qui vont progressivement partir en fumée et vraisemblablement affaiblir les finances de l’Europe, bien qu’elle ne soit que le quatrième financeur derrière l’Allemagne, la France et l’Italie. . De quoi inquiéter l’ensemble des pays européens, dont la plupart doivent faire face eux aussi,  à d’importantes et inédites restrictions budgétaires. C’est dans ce contexte quelque peu malmené, que s’est déroulée tout récemment à Strasbourg, la Convention Européenne de l’Education, organisée par l’AEDE-France sous la houlette de sa présidente Marie France Mailhos, avec la participation exceptionnelle d’Yves Bertoncini, Président du Mouvement Européen, lequel n’a pas manqué de rappeler en toute sérénité, les enjeux d’une Europe forte face à des enjeux mondiaux, qui ne doivent pas laisser la place au scepticisme et à la suspicion. "Nous avons les maçons et les architectes, mais où sont donc passés les prophètes ?", a-t-il dit en substance, histoire de rappeler  là encore l’incroyable courage des Pères fondateurs de l’Europe, au sortir du conflit le plus meurtrier de l’histoire de  l’humanité avec son cortège sordide de monstruosités. Avec en arrière plan, la volonté d’unir les peuples en faveur d’une paix durable.  De ce point de vue Yves Bertoncini s’est montré optimiste, car finalement ce qui existe ne peut-être complètement défait, sans faire encourir au vieux continent des risque majeurs d’éclatement, avec soyons en certains, des guerres civiles à la clé, l’exemple récent de la Grèce peut constituer un bel avertissement. Mais restons réaliste. Jusqu’à présent et après soixante cinq ans de patiente construction, l’Europe est bel et bien debout, et continue de vivre.  Quant à une éducation européenne, que signifie en réalité le contenu de cette expression qui somme toute fait rêver. Une vaste utopie ? On pourrait effectivement penser, qu’il s’agit là d’un rêve un peu fou, s’il ne fallait compter sur des millions de citoyens, porteurs d’un tel projet, la jeunesse notamment  qui a intégré dans ses gênes, l’idée d’un monde meilleur, capable de conjurer le mauvais sort ! Finalement en dépit des apparences, l’éducation européenne s’affirme comme la clé de voûte majeure de l’avenir. La connaissance n’est-elle pas universelle ?

Jean-Luc Favre

Les garants d'une éducation européenne de qualité
(photo de groupe)

 
Nathalie Griesbeck (en bleu au centre) explique
le fonctionnement des institutions
Yves Bertoncini, Président du Mouvement Européen
devant son auditoire