Syndicat des Journalistes de la Presse Périodique

Les événements du mois de janvier

Notre confrère Olivier F. De Felice révèle sa sélection choisie de ses évènements préférés du moment.

Nos articles ont pour simple ambition de suggérer des pistes d’exploration parmi les nombreux spectacles qui ont cours en France. Voici une proposition libre d’une sélection faite en équipe qui se veut éclairée, guidée par nos émotions, sans compromission. Nos rencontres sont le reflet de nos centres d’intérêt du moment, elles sont sources de découvertes et de créativité partagée. Retrouvez nos articles développés sur notre E-Journal intitulé Goûts et Passions.

SPECTACLES DE DIVERTISSEMENT

Véronic Dicaire - Quel bonheur d'entrer dans cette superbe salle du Grand Rex avec ses sièges confortables. Nous avons toutefois déploré notre placement au fond de l'orchestre et la gêne occasionnée par les personnes assises devant nous qui bloquaient la vue. Malgré cela et le fait que Véronic se soit faite quelque peu attendre pour cette première parisienne, nous n'avons pas été déçus par ce magnifique show très organisé, aussi bien au niveau technique qu'artistique. Véronic est apparue lumineuse et sexy avec la splendeur d'une star. Son côté un peu provincial dû à son accent canadien très présent a totalement disparu dès qu'elle s'est lancée dans l'imitation impeccable des plus grandes voix de la chanson française et internationale. Nous devons tout-de-même noter que ses tentatives d'humour sur la chanson emblématique L'aigle noir de Barbara ou une interprétation triviale non identifiée nous ont semblé inappropriées et inutiles. Il nous a peut-être aussi manqué une présence masculine à ses côtés pour la danse ou un duo. Quoiqu'il en soit, quel spectacle somptueux ! Nous avons pu entendre plus de cinquante voix différentes, toutes imitées par Véronic avec justesse, sans faille. Elle est allée jusqu'à prendre les postures des artistes, à refaire les gestes de chacune des chanteuses choisies. Nous n'avions encore jamais vu une telle faculté d'imitation sur un éventail aussi large de différentes voix. Véronic Dicaire est, à notre avis, une étoile au firmament de son art ! Un show formidable produit au Grand Rex puis en tournée en France, nous irons la revoir à Tours le mois prochain, tant son spectacle est plaisant.

Alain Choquette - La Gaîté Montparnasse est un très beau théâtre mais l'accueil du public laisse vraiment à désirer avec une file d'attente interminable sans possibilité d'y échapper même pour la presse. Par contre, une fois assis confortablement dans cette salle réputée, nous avons été totalement « bluffés » par la prestation du canadien Alain Choquette qui a su nous tenir en haleine jusqu'au bout avec simplicité et convivialité. Nous avons vu des tours de haut niveau, certains empreints de poésie et de chaleur. Il est certain que la magie a opéré. C'est un grand spectacle qu'il ne faut pas rater. Même s'il s'agit de prestidigitation, le résultat est impressionnant et ressemble à du mentalisme. Les manipulations de cartes à jouer ou de documents comportant des informations énoncées par les spectateurs et donc impossibles à prévoir ont donné le ton à ce « one man show » très réussi et à l’exécution impeccable, l’un de nos préférés de l’année. Une jolie performance produite à la Gaité Montparnasse.

Cats the musical - Pari réussi pour avoir osé jouer en français cette comédie musicale de renommée mondiale ayant fait ses preuves dans la langue de Shakespeare. Amoureux de la langue de Molière, nous avons apprécié toutes les voix qui ont inondé l'emblématique Théâtre de Mogador dans des chants majestueux en français. Nous fûmes impressionnés par cette meute de chats chatoyants déployant une impressionnante maîtrise vocale tout en s'appliquant à exécuter une chorégraphie qui nous en mis plein les yeux. Des artistes chanteurs-danseurs qui ont du talent à revendre utilisent à bon escient un décor fait sur mesure pour régaler petits et grands de prouesses techniques qui ne nous ont pas laissés indifférents. Nous ne devons pas oublier de mentionner l'excellente performance de l'orchestre sur scène qui est un vrai atout supplémentaire pour faire de cette représentation une très belle œuvre artistique complète. Nous recommandons ainsi cette comédie musicale non pas par rapport à son histoire et à ses acquis internationaux mais pour toute l'énergie mise à contribution pour nous donner l'envie d'être un chat dansant et chantant. Une belle comédie musicale magistrale produite au Théâtre Mogador. Nos remerciements à BCG Presse.

Mistinguett - Ce grand spectacle musical qui relate une partie de la vie de l’artiste française Mistinguett nous a fait vivre une belle soirée, il est énergisant et dynamisant. Toute la salle (une moyenne d'âge assez élevée en ce soir de réveillon), en fin de spectacle, était debout à chanter et danser. Une forte et belle prestation de ces comédiens qui chantent, dansent, font des claquettes et donnent la réplique sans aucun signe d'effort particulier, la présence de quatre musiciens sur scène apporte un petit plus bien vivant. Les différents tableaux nous plongent dans l'ambiance particulière des années folles, nous avons apprécié ce mélange des genres (film et comédie musicale), l'ambiance cabaret d’époque a bien été retranscrite dans cette adaptation revisitée. Nous avons apprécié en particulier le comédien et chanteur français Fabian Richard jouant aux cotés de la meneuse de revue Carmen Maria Véga, il a incarné et interprété avec grande justesse le titre "Un Homme Infâme". Forte de son talent confirmé de chanteuse de scène, la meneuse de revue Carmen Maria Véga avait parfois un débit vocal trop rapide ce qui rendait certaines répliques incompréhensibles. Malgré cela, ce fût un beau moment passé au Comédia. Nos remerciements à Océane Aymard, attachée de presse chez Scopitone Media. Une comédie musicale thématique qui fait écho à la comédie musicale indienne dansante et chatoyante Bharati 2 produite au Grand Rex de Paris, une réussite festive et enjouée que nous avons apprécié voir ou encore au spectacle de qualité que nous irons voir des SeaGirls  de retour à La Nouvelle Eve à Paris.

PERFORMANCES THEATRALES

Au théâtre en Province – A l’Ouest, nous nous sommes rendus à la représentation de la pièce Intrigue et Amour de la Comédie Poitou-Charentes produite au Théâtre Auditorium de Poitiers, une scène nationale moderne remarquable par son élégance stylisée et son architecture distinctive. Dans Intrigue et Amour, Yves Beaunesne met en scène brillement ce manifeste en faveur de l’utopie amoureuse en lutte contre l’absolutisme social, joué et dansé par dix comédiens confirmés. A l’Est, au Théâtre National de Strasbourg, scène nationale réputée pour sa qualité de programmation, nous irons apprécier les performances des acteurs de la pièce Les Liaisons dangereuses, basée sur le roman éponyme de Christine Letailleur tiré de l’œuvre de Pierre Choderlos de Laclos et adaptée par elle. Dans cette même grande salle nationale, nous sommes allés voir le spectacle atypique de création allemande Small Town Boy, une dramaturgie contemporaine déconstructiviste réussie qui questionne le sens de la modernité contemporaine, un spectacle en allemand sous-titré en français.

Victor F -  Le spectateur passionné sera étonné ou saisi par la pièce profonde et poétique écrite par le metteur en scène Laurent Gutmann intitulée Victor F (F pour Frankenstein) produite au Théâtre de l’Aquarium,  une pièce que nous sommes allés voir avec l’envie de la découverte d’une nouveauté inédite. Quel joli lieu de spectacles que le Théâtre de l’Aquarium ! Niché dans le cadre bucolique des bois de Vincennes, nous avons plaisir à être accueillis dans ce théâtre contemporain bien conçu qui laisse place à la simplicité d’une relation directe avec le public. Ce théâtre connait une programmation originale et de qualité, la pièce Victor F en est l’évidence même. C’est une pièce dramatique et poétique, frisant l’absurde tel un chef d’œuvre de Ionesco, librement adapté du roman Frankenstein, qui montre la déshumanisation de l’Homme par sa propre science. Le spectateur se trouve vite emporté dans ce voyage mêlant sentiments, gloire, ivresse, abandon et vengeance. Une pièce vive, jubilatoire et magnifiquement jouée par les quatre comédiens émérites. On y distingue Cassandre Vittu de Kerraoul par son jeu fin, puissant, plein d’énergie, qui donne tout l’amour et la vie à cet espace minimaliste et floral qu’est l’espace de jeu scénique mis en scène par le talentueux Laurent Gutmann et son ingénieux scénographe Alexandre de Dardel. Une pièce qui fera certainement partie de nos préférées de l’année 2016. Une pièce brillante et grave, philosophique et contemporaine jouée ce mois au Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes. Nos remerciements à Catherine Guizard, attachée de presse, pour son chaleureux accueil.

Le Cercle des Illusionnistes - Nous avons aimé cette dernière pièce d’Alexis Michalik. Jeux de scène subtils, des comédiens au firmament de leur art, des astuces scéniques originales, c’est une grande fresque historique de l’histoire française qui nous est livrée avec foisonnement de scènes de vie des personnages décrits. L’histoire de la création du cinéma français en particulier, les histoires croisées d’êtres et de couples sur plusieurs générations. Nous avons vécu avec amusement et intrigue toutes ses scénettes jouant de flash-backs historiques et personnels. Si certes, le spectateur peut parfois être décontenancé, c’est un voyage initiatique, poétique et social qui nous transporte dans cette comédie dramatique à l’exécution parfaite. Une réussite. Une belle pièce historique française et originale de haut niveau distinguée aux Molières qui s’est jouée à la Comédie des Champs-Elysées  ayant marqué la saison 2015.

A Tort et à Raison - 1946 à Berlin, l’Allemagne est en dénazification accélérée par le libérateur américain. Le chef d’orchestre allemand Wilhelm Furtwängler joué par Michel Bouquet est confronté aux préparatifs de son procès pour compromission avec le régime honni. S’ensuit un face à face dur, froid, humain aussi, entre le personnage joué par Michel Bouquet et son enquêteur américain acharné (Francis Lombrail), qui va faire jaillir la complexité des lâchetés, la vigueur du courage de ces hommes et de ces femmes face à la barbarie. Nous avons apprécié la sensibilité des jeux scéniques, des émotions transmises et le jeu parfait de tous les comédiens. Une pièce évènement, historique et touchante à voir au Théâtre Hébertot mise en scène par Georges Werler, d’après la pièce de Ronald Harwood, le scénariste du film oscarisé en 2003 Le Pianiste. Nos remerciements à Pierre Cordier et son équipe, attachés de presse.

Liaisons Dangereuses - Dans une mise en scène sobre et captivante par sa force de présence, les Liaisons Dangereuses données au Théâtre National de Strasbourg  sont l’illustration que le classicisme français peut être empreint de modernité avec une certaine réussite. Le jeu des acteurs est fin, le texte dense, la mise en scène atypique tout en restant fidèle à la tradition du théâtre français du 18ème siècle. On aime à se laisser porter par cette pièce qui nous décrit un univers amoureux romantique mais aussi empreint d’une certaine dose de manipulation fourbe. Il s’agit d’une comédie dramatique portant sur les sentiments, l’amour mais aussi sur le dévoiement de ceux-ci. Nous avons pu apprécier le style épistolaire spécifique au Siècle des Lumières. Vincent Perez et Dominique Blanc y excellent dans leurs rôles de libertins affranchis. Cette représentation nous a rappelé que l’amour n’est souvent qu’un terrain dangereux lié à la complexité de la nature humaine. Une pièce qui ne nous parait en aucune façon longue lors de ces deux heures quarante-cinq de prestation scénique de haute qualité. Une pièce classique très connue mais modernisée avec succès par Christine Letailleur réunissant de grands talents nationaux, produite au Théâtre National de Strasbourg, une pièce qui marquera certainement la saison de l’année de cette institution nationale.

DECOUVERTES THEATRALES

Yohann Métay - Nous sommes allés voir le talentueux comique Yohann Métay jouer La tragédie du Dossard 512, qui a été vivement accueillie à l’édition 2015 du Festival d’Avignon. Il est rare de voir une pièce aussi brillante et intense, bien montée et qui nous tient en haleine du début jusqu’à la fin. Ce seul-en-scène sportif est exceptionnel, nous sommes pris de rire en continu, nous aimons instantanément le personnage de Yohann, attachant et drôle, tant il nous ressemble dans sa quête désespérée de devenir l’un des "finishers" de cette folle course. Au fur et à mesure du déroulé de son jeu comique adroit et subtil, c’est une belle émotion qui remplit cette petite salle, l’artiste sur scène est captivant et tout ce qu’il y fait est exécuté avec brio. Jouant tour à tour différents rôles, mimant des situations cocasses, le comédien lillois champion de l’improvisation nous emmène dans son monde de la course extrême du grand trial ultime autour du Mont Blanc (160 kilomètres !). C’est une petite perle de spectacle joué à la Comédie des Boulevards et désormais présenté à la Comédie de Paris.

Laurent Tesla - Le mentalisme est un domaine à la fois fascinant et inquiétant. Nous avons été préparés mentalement avant le spectacle en obligeant notre cerveau à répondre à des questions spécifiques élaborées par l'artiste. Puis la représentation de Laurent a commencé et l'exploit s'est réalisé. Nous avons été embarqués dans des manipulations de la pensée orchestrées par ce virtuose capable d'aller trouver dans les cerveaux les informations dont il a besoin. Quel talent ! Nous avons été charmés et cette sensation d'être sous influence nous a procuré un vif intérêt pour ce don exceptionnel. Couleurs, chaleur, tout y était pour faire de l'induction et repérer les sujets réceptifs. Bravo Laurent ! Il nous a fait penser d'ailleurs à Nikola Tesla qui présente une certaine ressemblance. Mystère et fascination sont les maîtres-mots de ce spectacle unique intitulé L’art (délicat) de la manipulation, rendu encore plus percutant par le côté intimiste de cette modeste salle de la Comédie Saint-Michel.

Album de Famille - C'est un sujet très riche qui permet à quatre artistes généreux et vigoureux de vous embarquer dans l'évolution intrépide de situations familiales avec humour, tendresse et toujours avec une touche de sensibilité. Un pur moment d'évasion qui reflète très bien la problématique des valeurs qui font la force d'une famille. La finesse est de mise pour que chaque interprète puisse mettre en valeur ses capacités créatives dans l'unique de but de nous faire partager des émotions hautes en couleur. Une complémentarité qui fait la différence, des chansons adéquates qui donnent l'entrain et l'envie irrésistible d'entrer sans hésitation dans tous les tableaux que compte cette très belle et inédite comédie musicale. Nous avons apprécié les belles prestations des quatre comédiens, notamment celle de Camille Voitellier (une belle voix) et de Vincent Hedou. Une pièce réussie chantée en 21 chansons produite au Théâtre du Lucernaire, issue d’une création pour Avignon 2010.

Le Clan des Divorcées - Pour bien commencer l'année, cette pièce est idéale. Son succès en France n'est pas volé car nous nous sommes délectés d'une panoplie de mimiques accompagnées de dialogues ouvrant toutes les portes pour rire aux éclats. Ce serait perdre du temps que d'énoncer tous les adjectifs valorisant une performance artistique que tout le monde a besoin de voir pour se charger d'énergie positive. Une comédie de boulevard savoureuse, où nous nous laissons surprendre par le trio de comédiens s'amusant à donner le meilleur d’eux-mêmes. Cette facilité à utiliser la dérision tout en y mettant une pointe d'improvisation axée sur l'actualité dynamise encore plus un résultat digne du talent de son auteur prolixe Alil Vardar. Un moment inoubliable car nous sommes sortis du théâtre sur un petit nuage… Une pièce bien vivante devenue culte, enrichie d’anecdotes improvisées chaque jour, jouée avec brio à la Comédie République. Malgré le fait que la presse fût placée à moitié de salle, nous avons apprécié la prestation hilarante du comédien Arsène Mosca et celle énergique de la comédienne franco-brésilienne Caroline-Laure Dislaire.

Olivier Sauton - Nous avons été impatients de redécouvrir l’excellent maître comédien Olivier Sauton dans Luchini et moi au Théâtre de l’Archipel, un spectacle que nous avons promu ici  pour sa grande qualité et que nous avions vu en spectacle-vitrine en septembre. Dans Luchini et moi, Olivier Sauton nous fait voyager et rêver. Lors d’une nuit dans Paris, il rencontre, lui le jeune inculte et candide, sa star Fabrice Luchini (c’est une histoire vraie). Se transformant soudainement en ce fabuleux comédien, Olivier joue tour à tour ces deux personnages à la perfection. Nous sommes subjugués par la précision de l’imitation, la justesse des mots et les rires fusent. Olivier tient la scène et il habite le personnage de Luchini, plus vrai que nature. Nous sommes transportés dans cet univers littéraire poétique, nous buvons ses paroles, une belle prestation théâtrale à vivre. Une pièce vibrante à fort succès (au point que la presse ait des difficultés à y trouver place !) jouée en prolongations au Théâtre de l’Archipel.

OPERAS, BALLETS ET RECITALS

Ballet, Cendrillon - Les talents virtuoses du Malandain Ballet Biarritz, centre chorégraphique national, nous ont livré un brillant spectacle dansé et vivant, sa récente création de ballet moderne Cendrillon est une réussite magistrale. Cendrillon est un conte féérique que l’on connaît bien grâce à Charles Perrault (1697) et aux frères Grimm (1812), Serguei Prokofiev a voulu dans son ballet mettre en valeur la naissance de l’amour de Cendrillon pour son prince, une réécriture du conte de Perrault faite à sa demande en 1945 par Nikolaï Volkov pour le ballet du Bolchoï de Moscou. Presque 70 ans plus tard, le merveilleux ballet moderne Cendrillon par Malandain est créé en 2013 à l’Opéra Royal de Versailles sur une chorégraphie de Thierry Malandain pour vingt danseurs, un spectacle onirique et poétique dansé dans les décors étonnants de Jorge Gallardo. La France compte des talents de génie, Thierry Malandain en est un, il sait transmettre les émotions dansées chorégraphiées comme nul autre. S’inspirant de la liturgie du ballet russe, transcrite dans ces costumes sobres et modernes, le ballet Cendrillon est un exercice contemplatif et virtuose grandiose. Le ballet fait corps, il joue d’un seul tenant cette pièce saisissante d’émotions. Célébration de l’amour éternel, il laisse aussi entrevoir le jeu des trahisons perfides. Modernisé en respectant le thème, le spectacle excelle, il est un écrin de grâce et puissants jeux d’effets chorégraphiques. Les trois artistes jouant la belle-mère de Cendrillon et ses deux filles ont produit une prestation distinctive par leur jeu atypique et humoristique. Un magnifique spectacle apprécié avec joie et émotions en tournée française à l’Equinoxe de Châteauroux.

Opéra, La Traviata - Nous sommes allés avec plaisir assister à la représentation de l’opéra La Traviata de Guiseppe Verdi (surtitré en français) produit par France Concert à l’Espace Vinci de Tours, une ville de province dont votre auteur est originaire, dans le cadre d’une grande tournée française. Un évènement lyrique d’exception en cette ville. L’Orchestre National de Rostov-sur-le-Don a produit un spectacle des plus vivants, dont la qualité n’a rien à envier aux grands ballets et opéras connaissant des carrières internationales. Un spectacle lyrique grave et sentimental, célébrant l’amour, la vie et ses déceptions. Les tableaux sont vivants et fournis, le spectacle est beau, dans un décor des plus classiques. Le thème de Verdi est respecté à la lettre, dans une exécution classique stricte, la performance des solistes et des choristes est parfaite, l’orchestre symphonique est dirigé avec brio. Les jeux scéniques donnèrent un dynamisme approprié à ce célèbre opéra qui nous a séduit. Nous distinguerons les prestations des solistes Marianna Zakaryan dans le rôle de Violetta Valéry et Aleksei Pashiev dans le rôle de Giorgio Germont. La Traviata est l’une des trois grandes productions symphoniques actuellement tournées par France Concert sur le territoire hexagonal, citons l’opéra Casse-Noisette comme autre exemple de performance réussie.

L’Académie de Musique de Paris - Nous avons été séduits de la performance remarquable des quatre cent jeunes concertistes de trente nationalités issus des conservatoires parisiens qui s’est tenu à la Madeleine. L’Académie est une assemblée de concertistes créée en septembre 1996 sous la direction du dynamique Jean-Philippe Sarcos (formé notamment par William Christie au Conservatoire de Paris). Un concert de Mozart grandiose fût donné (en alternance la Symphonie N°41 Jupiter K551  composée en 1788 et La Messe du Couronnement KV317, 1779). L’ensemble symphonique de l’Académie est très plaisant à voir. Dans la magistralité de la Madeleine, les chœurs et les solistes ont donné une performance remarquable, d’un très bon niveau lyrique. L’alternance des airs des deux oeuvres de Mozart a été une initiative intelligente, réveillant l’auditoire et ces lieux d’un vibrato rayonnant. Nous y avons remarqué les prestations de la soprano soliste belge Marianne Croux et de la française Caroline Deshayes, soprano du chœur.

Piano, Neslon Goerner - Nous sommes allés écouter le discret mais talentueux pianiste argentin Nelson Goerner jouer Frédéric Chopin dans le cadre des traditionnels concerts du dimanche matin au Théâtre des Champs-Elysées, une production Jeanine Roze. Nelson Goerner y a joué la Polonaise en fa dièse mineur opus 44, puis les Nocturnes en si et mi majeur opus 62 N°1 et N°2 et enfin l’ensemble des 24 Préludes opus 28 du célèbre compositeur polonais. Précision du geste, force d’interprétation, concentration visible, Nelson Goerner est un pianiste fin et précis, son doux physique de moine souriant, si vous me le permettez, invite au recueillement. Un beau récital donné dans ce majestueux théâtre. Nous sommes toujours impressionnés par la prouesse de ces concertistes professionnels qui sont à même de jouer une heure durant sans aucune partition. Nous avons beaucoup apprécié les rappels choisis par Nelson, tels que Felix Blumenfeld (le compositeur russe), étude pour la main gauche (une impressionnante prestation à une seule main) et le très beau Chopin, Nocturne en ut mineur opus 48 N° 1. Lors de ces concerts du dimanche de plus en plus courus, il est conseillé à la presse de venir bien en avance afin de pouvoir être placé correctement du fait du placement libre tous publics pour ces représentations. A défaut, les enregistrements de Nelson Goerner sont disponibles chez le label de qualité Alpha Classics.

 CINEMA ET CONCERTS

Au cinéma en janvier - Les premières de presse de trois films cinématographiques sont d’intérêt ce mois. L’Homme qui répare les femmes est un documentaire d’exception de Thierry Michel, primé en Belgique et au Canada qui décrit la vie du docteur Mukwege, internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes violées durant vingt ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus déstabilisés de la planète. Un documentaire sur l’Homme et l’Afrique, un témoignage choc et humain à voir, produit par JHR Films. Le film sélectionné à Cannes dans la catégorie Un Certain Regard intitulé Le Trésor du réalisateur roumain Corneliu Porumboiu décrit les aventures poétiques et pittoresques d’une joyeuse équipe roumaine et peint un drame humain avec finesse. A Bucarest, Costi est un jeune père de famille accompli. Le soir, il aime lire les aventures de Robin des Bois à son fils de six ans pour l’aider à s’endormir. Un jour, son voisin lui confie qu’il est certain qu’un trésor est enterré dans le jardin de ses grands-parents, de là l’histoire s’engage dans des rebondissements aussi incongrus que dramatiques. Nous aimons beaucoup le film-documentaire du réalisateur belge Frédéric Sojcher Je veux être une actrice pour sa fraîcheur, sa spontanéité, sa joie de vivre. Sa propre fille Nastasjia de dix ans souhaite très fort être actrice et nous la suivons dans un parcours personnel initiatique et original qui la fait rencontrer de grandes figures du cinéma et du théâtre français qui parlent de leur passion de jouer. Un film de toute beauté et gai à découvrir, un témoignage social et vivant unique de la création française. Nous avons apprécié les beaux ciné-concerts du Pirates des Caraïbes produits par WildFeary. Quelle jolie production que cet ensemble de soixante-dix musiciens symphoniques sur scène accompagnant le film des aventures rocambolesques de Jack Sparrow et de sa fine équipe. Les cuivres, les cordes et les tambours de l'orchestre du COGE ont fait vibrer toute la salle, une belle harmonie cinématographique s’en dégagea, faisant rappeler les premiers films muets sonorisés en instruments de concert de Buster Keaton tel Le mécano de la générale, 1926.

Concert, GiedRé - GiedRé Barauskaité est une artiste, auteur et interprète de langue française d’origine lituanienne qui ne laisse pas indifférent dans le paysage musical français. Des textes provocateurs dignes d’un George Brassens, la rébellion énergique d’un Jacques Dutronc, la gouaille franche d’une Edit Piaf, GiedRé habite son personnage féminin enfantin, cocasse et revêche. Elle emplit la scène toute entière, elle est captivante, joviale, presque hypnotisante, sûrement l’effet combiné de sa douce voix qui sonne comme du pain d’épice d’écolier, de ses jolies robes à fleurs colorées et de son sourire blanc éclatant enchanteur. Le petit ange blond nous charme et ses chansons commencent avec douceur telle une comptine innocente puis soudain choquent, provoquent. Ca passe ou ça casse certes, mais au final on aime cette chanteuse effrontée qui nous livre gaiement et sans retenue ses textes écrits par elle et son univers si particulier. Au croisement d’un Renaud qui chanterait sur des arrangements d’un Lou Reed, Giedré étonne et détonne, mais au-delà de son caractère ravageur de prime abord, nous apparaît son fond sincèrement gentil, une chic fille qui aime de tout son cœur. Nous l’avons vu se produire à La Nouvelle Seine où elle a présenté ses titres les plus connus mais aussi certains de son nouvel album auto-produit qui sort ce mois-ci, intitulé LaLaLa. Une artiste attachante à suivre en tournée française suivant les dates annoncées sur son site. Nos remerciements à Nicolas de sa production Le Rat des Villes.

UNE RENCONTRE AVEC VICTOIRE FINAZ

Victoire Finaz de Villaine - Nous avons le plaisir d’inaugurer notre série d’entretiens de jeunes talents avec Victoire Finaz, gastronome émérite et entrepreneuse française. Victoire Finaz de Villaine est certainement l’une des rares expertes du bon chocolat en France et elle en fût distinguée à juste titre par ses pairs en entrant à la sélective Académie Française du Chocolat et de la Confiserie. Surdiplômée, cette énergique femme entrepreneuse française a suivi à la fois sa passion de jeunesse et la vocation de sa tradition familiale: aimer et parler du chocolat. Fine connaisseuse de tous les arômes et les accords liés au chocolat, elle publie ce mois-ci, bien à propos, son riche et gourmand blogue LaChocologue. Lors de ses séminaires chocologiques de découverte chocolatée, elle fait déguster une sélection choisie d’artisans chocolatiers français et fait goûter ses créations personnelles de chocolat artisanal, les Carrés Victoire, de jolies créations faits main et très vite primées, dont les goûteuses matières sont sourcées par elle-même sur le terrain tels des grands crus, ce sont vraiment des objets de haute couture chocolatière pour les avoir goutés. Nous avons particulièrement apprécié sa dernière création, le Cristal de Chocolat. C’est à 23 ans que cette petite fille de chocolatier lyonnais fait le pas d’entrer dans le monde du chocolat à titre professionnel. Elle est la première à produire une thèse de psychologie sur l’expertise en chocolat en interviewant plus de trente grands chefs français. Destinée à de hautes fonctions commerciales suite à sa formation en marketing à HEC, elle plaque tout pour se former à la confection et à la maîtrise du chocolat de qualité chez Pierre Hermé. Depuis, elle y met toute son ardeur, sa passion et sa créativité, des efforts qui font d’elle aujourd’hui une brillante créatrice de chocolats artisanaux de fabrication française et une experte en dégustation renommée dans son domaine. Sur son blogue ou ses réseaux sociaux, Victoire, en épicurienne parisienne et internationale, nous fait le plaisir de partager ses bonnes adresses gastronomiques et ses coups de cœur chocolatés. Un riche contenu gustatif et d’expert en la matière. En fière lyonnaise, Victoire ne peut oublier la province et elle nous recommande sur la côte Ouest dont nous sommes originaires les succulents chocolats d’Hasnaa Chocolats, une chocolaterie artisanale établie au 192 rue Fondaudège à Bordeaux dont nous parlerons des créations sensationnelles dans notre article gastronomique du mois prochain. Afin de savoir marier adroitement toutes ces saveurs, retrouvez tous ses autres bons conseils gustatifs et en particulier sa connaissance approfondie des accords vins-chocolats ou liqueurs-chocolats sur le site élaboré de Victoire.

UNE RENCONTRE AVEC CASSANDRE VITTU DE KERRAOUL

Cassandre Vittu de Kerraoul - L’une des comédiennes les plus douées de sa génération selon nous. Kerraoul signifiant la maison du vent en breton, Cassandre, c’est l’énergie pure, la puissance du verbe, la fougue du texte, la force du geste. Elle brille et transporte ses personnages dans une lumière nouvelle. Sa diction est parfaite, son placé toujours à propos, elle sait donner vie aux personnages qu’elle incarne. Captivante, elle a le talent inné de transmettre sa passion de jouer sur scène comme nulle autre. Formée par l’une de ces grandes écoles publiques de théâtre que compte la France, la renommée Ensatt de Lyon, elle incarne tout ce que la passion française du théâtre a de plus beau, de plus vivant, de plus joyeux. Cassandre, c’est la jeunesse douée, la joie de vivre à l’état pur, des yeux qui pétillent, l’enthousiasme d’une discussion. Nous n’avions jamais vu jusqu’alors une comédienne donnant autant d’énergie dans ses personnages, elle le fait avec une grâce et une simplicité toute personnelle. Toutes représentations confondues, elle est à ce jour la comédienne qui nous a le plus impressionné sur scène. Cassandre, un grand talent français. Parisienne née d’un père journaliste, Cassandre suivra l’Ecole Alsacienne, un Bac Littéraire puis les cours du Conservatoire du 11ème arrondissement où le professeur Philippe Perrussel lui transmet sa passion du théâtre. A l’Ensatt, c’est le metteur en scène Olivier Morin qui révèlera à Cassandre ce qu’est le grand théâtre français et étranger (notamment japonais). Formée par une grande institution publique à Lyon, c’est néanmoins dans une pièce privée à Paris qu’elle fera ses débuts, Les Deux Canards de Tristan Bernard au Théâtre Antoine. Elle jouera ensuite Roméo et Juliette à Clamart, Don Juan au CDR de Tours et Le Baladin du Monde Occidental de l’irlandais J.M. Synge, des rôles passionnants et enrichissants. Cassandre est apparue dans les séries télévisées Empreintes Criminelles et Boulevard du Palais, son rêve en cinéma serait de tourner avec le réalisateur français Stéphane Brizé, un monde vers lequel elle aimerait plus se tourner. En entrepreneuse de son monde, aimant partager avec les autres, elle a créé la Compagnie théâtrale La Tornade et donne des cours de théâtre à Paris. Ses spectacles préférés en qualité de spectatrice sont Candide de Maëlle Poésy (formée au TNS de Strasbourg) qui se joue ce mois au Théâtre de La Cité Internationale ou encore La Putain de l'Ohio d'Hanokh Levin, mis en scène par Laurent Gutmann et jouée par Eric Petitjean. Elle aime beaucoup également le duo piano-voix Le cirque des mirages de Parker/Yanowsky. Elle ira voir cette année le Richard III de Thomas Jolly au Théâtre de l’Odéon, La Cerisaie de Thekhov au Théâtre de la Colline et Le Conte d’Hiver de Shakespeare au Théâtre des Gémeaux à Sceaux. En parisienne écologue, amoureuse de la nature et des animaux, Cassandre aime utiliser La Ruche qui dit oui livrant de bons produits fermiers dans son quartier du 3ème à la Gaité Lyrique. Elle aime cette nature qui l’emplit d’émotions, en particulier en Haute-Corse, dans le petit village de San't Antonino où la grande gourmande qu’elle est y trouve d’excellents biscuits corses et des jus de citron traditionnels. A Paris, Cassandre nous fait preuve de ses qualités scéniques et oratoires d’excellence dans la belle pièce Victor F jouée ce mois de janvier au Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes. Un entretien réalisé un après-midi dans un environnement apaisant accompagné des douceurs maison du salon-bar du Lancaster Paris  où le chef barman Eimeo Friot nous a accueilli avec la grande gentillesse qui caractérise le service attentif de cet établissement mais aussi celle de ses origines polynésiennes, Eimeo étant le nom traditionnel de l’île jumelle de Tahiti qui se nomme usuellement Moorea. 

FUTURS SPECTACLES

Représentations choisies - Février nous réjouira d’une programmation riche en concerts, musiques classiques et de danses contemporaines. Notamment les concerts de la saison musicale du Musée de l’Armée à l’Hôtel des Invalides, celui du Chamber Orchestra of Europe à la Philharmonie de Paris et surtout les très belles représentations de danse moderne de la célèbre chorégraphe américaine Carolyn Carlson, Pneuma produite au Théâtre National de Chaillot, retiendra en particulier notre attention. Nous assisterons à l’étonnant duel-duo de concertistes talentueux jouant Duel, Opus II, une comédie musicale originale mise en scène par Agnès Boury au Théâtre du Palais Royal.

 

Olivier F. De Felice, assisté de Didier Princi – Janvier 2016
Retrouvez nos articles sur l’E-Journal Goûts et Passions

Crédits photos :
-    Yohann Métais : Olivier Sagot
-    Eux Impro : JM Guillaume
-    Victoire Finaz : Grégoire Sévaz
-    SeaGirls : Marie Vosgian
-    Moutons Noirs : Editions Austréales
-    Clameur des Arènes : Marc Coudrais
-    Académie de Musique : Marie de Lagrevol
-    Neveu de Rameau : Fabienne Rappeneau
-    Olivier Sauton : Gaelic.fr
-    Nelson Goerner : Jean-Baptiste Millot
-    Pneuma : Sigrid Colomyès
-    Cendrillon : Olivier Houex
-    Le Clan des Divorcées : Dominique Pierre Devers
-    Autres photographies : les établissements de spectacles et les sites internet respectifs